Top

La détox holistique – Conférence participative

La détox holistique – Conférence participative

Compte rendu de « La conférence participative » du 31 janvier 2018 à la Siest in de Marseille sur la thématique de « La Détox Holistique »

Cette conférence participative est organisée par l’association « Le dispensaire Julien Allaire » constituée d’un réseau de praticiens de santé naturelle au cœur conscient, engagés dans une vision holistique de l’être humain. 7 praticiens sont présents ce soir, prêts à échanger avec 15 personnes du public reconnues comme étant potentiellement sources de connaissance et expérience.

Mettre en place une détox : le B.A BA

Anne Bernabeu, naturopathe, débute la conférence en précisant le préalable à la mise en place d’une détox : une bonne vitalité. Sans cela le corps n’aura pas suffisamment d’énergie pour se nettoyer. Julien Allaire, iridologue naturopathe précise que le corps effectue en permanence une détox car le corps génère chaque jour des toxines (déchets cellulaires). Notre santé étant directement liée à notre niveau d’intoxication. Anne poursuit : « Lorsque nous avons beaucoup d’énergie, le nettoyage se fait sans encombre, naturellement. Nous pouvons juste la relancer de temps à autre pour affiner. Parfois le corps en a plus besoin car le système de nettoyage a pu être saturé et déréglé ». Comment acquérir cette énergie vitale nécessaire ? Julien explique que l’énergie se recharge grâce à 3 repos : le repos physique (station allongée, sommeil), le repos psychique (silence externe et interne) et repos digestif (par le jeûne). Lorsque la détox est forcée par des plantes, celles-ci vont avoir une action agressive sur l’organe ciblé qui peut être irritante et in fine contre-productive. Il est important de penser revitalisation avec détoxication. Les principaux éléments de la détox sont les aliments. Anne conseille d’alléger les repas, parfois de supprimer la viande et surtout les plus gros toxiques : alcool et cigarette. Julien précise que pour lui les aliments les plus détox sont les fruits sucrés de saison. Ils demandent peu d’énergie digestive, restent de 15mn (melons) à 1h grand maximum dans le tube digestif (banane) et contiennent une eau vivante de grande qualité (énergie et nutriments). Ils baissent l’acidité du corps et les fibres qu’ils contiennent permettent de baisser la charge glycémique de l’aliment. Il est donc conseillé d’augmenter sa part de fruits en remplaçant par exemple le petit déjeuner par une salade de fruits. Attention cependant à ne pas mélanger des fruits très acides (clémentines) avec des fruits doux (dattes) qui n’ont pas les mêmes besoins digestifs. L’association datte pomme en revanche est excellente.

Cas particuliers : Une personne du public s’interroge sur les excès de sucres que pourrait entraîner un tel régime. Julien est rassurant sur ce point : il invite à vérifier si le plaisir est toujours là dans la consommation de fruits. Si d’un coup nous avons une sensation de « trop sucré » en bouche, il est temps de réduire voire de stopper : nous avons atteint notre limite. Une autre personne, médecin vasculaire prend la parole pour évoquer le cas des patients diabétiques à qui on conseille souvent de ne plus manger du tout de fruits. Julien répond que pour les diabétiques de type 2, leur problématique étant liée au stress et aux surrénales (présence de trop de cortisol créant une résistance à l’insuline) la consommation de fruits est envisageable, même en monodiète même si cela demande parfois un accompagnement de la personne par un naturopathe. Il n’y a pas de bonne détox sans changement de l’environnement.

Accueillir et relâcher les émotions

Ayant évoqué le stress Anne Tournel, coach et formatrice, spécialiste des émotions, prend la parole. Les émotions sont abstraites mais bien réelles. Ce sont des élans de vie qui vibrent différemment selon l’émotion. Notre essence profonde est d’être dans l’amour et la joie, émotions qui favorisent la santé. L’amour ne générant aucune toxine (mais de l’ocytocine) et la joie un tout petit peu de cortisol. C’est l’excès de stress et les émotions parasites qui vont générer le plus de cortisol. Les émotions peuvent aussi être réprimées et dans ce cas réprimer l’élan de vie et générer des accumulations. Il s’agira alors de libérer les charges. Anne nous indique des pistes pour libérer la colère : jeter des coussins, déchirer des feuilles de papier, taper des pieds ou faire du trampoline. Tal Shaeller préconise aussi de « faire le tigre », bien ancré au sol, en lâchant de grands râles et en agitant les mains comme des griffes. Pour libérer la peur on peut se mettre en appui sur le mur, jambes fléchies, mains à plat contre le mur : prendre le temps de se remémorer l’évènement où nous avons eu peur puis crier ! Laisser trembler tout le corps. Corinne Sarasin, praticienne EFT, résume l’attitude favorable face aux émotions : les accueillir, les accepter et s’aider de la respiration pour en accueillir leur mouvement. Brigitte Haye, masseuse holistique, poursuit avec les bienfaits du massage en cas de stress : il va favoriser la production d’ocytocine, libérer l’esprit et drainer l’énergie. Il relance la circulation sanguine et favorise globalement la régénération de l’énergie vitale.

Oser le lâcher prise et le plaisir

Damien Aubert, énergéticien, revient sur la différence entre détoxination (relance des toxines vers la lymphe pour élimination) et détoxication (inactivation des toxines par le corps) en précisant que cause et symptômes ne doivent pas être à opposer. Il souhaite proposer une vision qui unifie où le patient est une personne prise dans son ensemble. Les recherches récentes en psycho-neuro-immunologie convergent vers une vision où c’est la perception de Moi-même qui va influencer mes tissus, la matière. Comment je m’aime ? Pour qui je me prends ? Le Moi ou le Soi ? Quel rapport j’entretiens entre le Moi et le Soi ? Notre rapport à notre environnement est souvent empreint d’habitudes et les toxines à remettre en circulation existent à tous les niveaux. Il s’agit ici d’une véritable quête méditative où nous pouvons apprendre à « nous foutre la paix ». Souvent, à trop vouloir bien faire nous ne prenons pas le temps de « kiffer notre vie ». La proposition de Damien est d’accueillir le flot de la vie tout en restant sur sa barque en restant émerveillé et ouvert. Ca ne demande en fait pas trop d’efforts : c’est la pleine présence. Avec humour Damien observe les messages du corps : est ce que ça nous gonfle ? Ou est-ce que ça nous irrite ? Nous serions alors bien intoxiqués par quelque chose… Alors que si ça nous « fait chier » nous sommes déjà dans de l’élimination ! Le rire partagé en ce moment par tous les participants nous met dans le bon état d’esprit ! La détox peut sembler complexe, Damien s’en remet lui à « plus grand que Lui » : à la conscience holographique universelle. En relâchant, la détente éprouvée parle à la profondeur de Soi, on retrouve le flux naturel et on soutient l’élan de vie « qui sait ».

Faire circuler l’énergie

Magali Volpes Bahuaud, magnétiseuse humaniste et numérologue, continue à aborder la détox holistique du point de vue de l’énergie en précisant que celle-ci préexiste à  chaque chose. Le système énergétique de l’être humain est un champ qui contient toutes les informations de tous les autres niveaux de l’être. On peut donc y repérer les « toxines » : les éléments qui perturbent le système et qui ont besoin d’être libérés. La vitalité des hygiénistes provient d’un bon fonctionnement de deux systèmes : le système glandulaire (lié entre autre à la digestion) et le système nerveux. C’est la bonne circulation de l’énergie dans les corps énergétiques qui permet leur vitalité, l’être humain étant naturellement fait pour se détoxifier tout seul. Qu’est ce qui peut alors gêner cette bonne circulation ? Il peut y avoir des blocs d’énergie stagnante qui freinent l’énergie ou l’entrave, la tuyauterie alimentant les glandes peut être défectueuse ou il peut y avoir une mauvaise prise d’énergie cosmique (du ciel) ou tellurique (de la terre). Pour rétablir un meilleur ancrage terre/ciel on peut s’aider d’une visualisation telle que celle-ci : « Prenez conscience de la terre sous vos pieds, imaginez que de dessous vos pieds sortent de petites racines (comme si vous étiez un arbre). Sentez le sol sous vos pieds, vos racines pénètrent ce sol, entrent profondément sous terre jusqu’ à rejoindre le centre de la terre où un magma rouge puissant et revigorant vous attend. Plongez-y vos racines, ressourcez-vous et faites remonter cette énergie rouge le long de vos racines, puis de vos pieds jusque dans vos jambes et dans votre corps. Profitez-en pour arroser les parties de votre corps qui le demandent : peut-être le foie ? le pancréas ? Prenez conscience à présent du sommet de votre crâne et laisser vos racines célestes, comme des cheveux monter dans le ciel, dépasser les nuages, aller dans l’espace et rejoindre le soleil. Plongez-y vos racines, inspirez son énergie dorée et faites-la redescendre dans votre corps…». Pour apaiser le système nerveux rien de tel que le silence comme mentionné au tout début, qui peut être favorisé par des temps de méditation réguliers.

Détox psychique

Comme l’a mentionné Damien plus haut l’idée que l’on a de soi va être déterminante dans la santé. En numérologie du caractère on peut observer comment la psyché évolue depuis l’enfance, en projetant certaines de nos qualités sur nos parents, en s’adaptant à ce que l’on attend de nous. C’est ainsi un bon outil pour repérer de quelles « toxines (croyances négatives héritées de nos parents/amis…) nous avons à nous débarrasser. La détox devient ici un déconditionnement et un retour vers soi. Vers l’amour de Soi.

Témoignages

Une personne du public témoigne de sa dernière détox qui quelque temps après aurait donné lieu à une forte envie de pralines, qu’elle a encore à ce jour. Elle s’inquiète d’être devenue accro au sucre. Julien fait une supposition : la détox a pu permettre un lâcher prise et une autorisation à manger du sucre. Cela peut être en lien avec un système nerveux sur- sollicité. Il n’y a pas d’inquiétude à avoir, cela peut être une béquille qui aide le système nerveux. Anne B. rappelle l’importance de se faire plaisir et Magali, ayant eu une expérience similaire rappelle que nous vivons des cycles et que celui-ci va s’arrêter, il s’agit juste de faire confiance et de se l’autoriser sans culpabilité. « Dans chaque début, il y a sa fin » résume Damien. L’heure étant à la conclusion, deux personnes prennent la parole pour dire leur plaisir à entendre 7 thérapeutes qui convergent malgré leurs différentes spécialités à l’importance de s’occuper de soi chaque jour et de faire attention à l’équilibre général. Apprendre à s’écouter et faire de soi sa priorité. Alors qu’une personne se plaint de la difficulté à s’aimer, Damien s’exclame « J’adore me détester ! » et précise que ça y est-il est dans l’amour de Soi.

Pour conclure

Vous avez peut-être besoin d’une détox. Vérifiez votre niveau de vitalité et surtout votre envie à vous lancer dans l’aventure pour vous y mettre avec plaisir. Et pourquoi pas un petit peu, régulièrement, tranquillement. « Less is more » difficilement traduisible en français résume pour Julien la bonne attitude.

Compte rendu rédigé par Magali Volpes Bahuaud

Share
Le Dispensaire
Association Le Dispensaire

Co-créer une démarche participative de découverte et d’accès aux médecines naturelles dans la joie et la bienveillance. Faire partie d’une famille de cœur dans laquelle chacun prend soin les uns des autres, où "donner" est synonyme de "recevoir", et ce quelle que soit la forme.